www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 91

Vous êtes actuellement : COMPTES-RENDUS D’INSTANCES  / CTSD 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression s'abonner  à la rubrique {}
2 février 2012

Déclaration de la FSU 91 au CTSD du 2 février 2012

Monsieur l’Inspecteur d’Académie

Jamais une instance paritaire relative à la carte scolaire ne se sera réunie dans un contexte départemental aussi calamiteux. Avec le E/C le plus défavorable de France et un des pires P/E (95ème/100), une situation sur le terrain à ce point dégradée puisque la grande majorité des congés courts ne sont pas remplacés, que nombre de ZIL sont placés sur congés longs, que de plus en plus d’élèves ne bénéficient pas des aides spécialisées auxquelles ils pourraient prétendre, l’étendue des coups et des décisions idéologiques de ce gouvernement est maintenant visible de tous, élèves, enseignants, parents.

Les propositions de mesures que vous nous présentez ne font que confirmer les craintes exprimées par le SNUipp-FSU 91 lors des négociations préalables au dépôt de préavis de grève du 31 janvier au 6 mai 2012. Les documents préparatoires à ce CTSD nous ont confortés dans notre volonté de déposer ce préavis car aucun point d’accord ne peut être possible :
- tout d’abord, nous voulons dénoncer l’entêtement du Ministère à perpétuer le principe absurde du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux, dénoncé par la Cour des Comptes concernant l’Education Nationale. Son application détestable et inefficace conduit à un retrait de 39 postes alors que la démographie est à la hausse avec 1018 élèves supplémentaires. Ce sont les conditions de travail des élèves et des personnels qui seront à nouveau dégradées alors que l’enquête Carrefour Santé Social 2011 fait apparaître l’Académie de Versailles comme la 4ème la plus dégradée pour les risques psychosociaux. Cette même enquête précise que la probabilité d’être en épuisement professionnel augmente pour les professeurs d’école, notamment en maternelle.
- Nous craignions une modification des seuils d’ouverture/fermeture : vous voulez aligner les normes des maternelles anciennes ZEP sur celles des maternelles nouvelles ZEP, normes plus défavorables. Nous remarquons que la simplification administrative et l’équité de traitement des collègues invoquées se traduisent toujours par une mesure régressive. Loin d’être marginale, cette mesure concerne 28 des 96 écoles maternelles que compte le secteur de l’Education - de moins en moins – Prioritaire.
- Nous nous doutions que les RASED seraient touchés ; cela n’a pas manqué ! 47 postes ! soit 25 % des postes de maître G et 20% des postes de maître E. Outre le signal négatif envoyé aux enseignants qui ne va pas encourager les vocations, ce sont les capacités mêmes des réseaux à intervenir qui sont, une fois encore, mises à mal. Devra-t-on, comme pour les Internats d’excellence, procéder à un tirage au sort pour déterminer les élèves qui bénéficieront du dispositif ? Cette façon de faire illustre parfaitement le mode de gestion néo-libéral appliqué à l’Education Nationale : on désorganise pour dégrader la qualité du travail puis on justifie de la disparition du service public par son « inefficacité » que l’on a provoquée.
- Quatorze animateurs-soutien l’an dernier, 24 cette année, soit un tiers des effectifs restants, les conditions de travail n’en finissent pas d’empirer. Plus un poste à Savigny/Orge et Massy, 1 seul poste aux Ulis pour les situations les plus caricaturales, ailleurs un nombre insuffisant au regard des besoins. Décidément, envisager l’Education Prioritaire comme un surcoût ne va pas réduire le caractère inégalitaire du système éducatif.

La FSU demande que, conformément aux accords de Bercy, le CTSD soit consulté sur la Carte scolaire que vous nous présentez. Nous demandons donc un vote en fin de séance. Il serait incompréhensible que cette instance ne fonctionne pas conformément au Décret n° 2011-184 du 15 février 2011, particulièrement dans son article 34. Les tergiversations du Ministère n’ont pour but que de camoufler l’échec patent de la politique menée depuis 5 ans, faire croire qu’à 3 mois des élections, tout va bien à l’Education Nationale. Pour notre part, si le projet restait en l’état, nous nous prononcerions en opposition dans la suite même de la mobilisation des personnels et des parents ce mardi 31 janvier et ce jeudi matin. Nous appellerons nos collègues à poursuivre l’action contre ces mesures dans les jours et les semaines qui viennent.

 

15 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 91

Maison des Syndicats

12 Place des terrasses

91034 Evry,

Tel : 01 60 77 97 70

Email : snu91@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 91, tous droits réservés.