www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 91

Vous êtes actuellement : COMPTES-RENDUS D’INSTANCES  / CAPD 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression s'abonner  à la rubrique {}
23 mars 2014

déclaration CAPD du 20 mars

déclaration préalable du SNUIPP FSU 91 en Commission paritaire départementale

Arrivés à la moitié de l’année scolaire, nous ne pouvons que continuer de constater que les améliorations attendues, parfois espérées, ne sont toujours pas au rendez-vous.

Nouveaux programmes reportés, chantiers métiers sans de réelles décisions prises ensuite, méthodes de gestion inchangées, nous restons dans une continuité désespérante.

En voici quelques illustrations :

Les enseignants qui ont participé aux permutations nationales en ont fait l’amère constatation. Comment se féliciter de la si faible progression du taux de satisfaction en Essonne – 0,8 % - qui reste inférieur de 3,52 points au taux national ?

Plus de la moitié des collègues en situation de rapprochement de conjoints repartiront pour une année de galère supplémentaire.

L’organisation des animations pédagogiques est toujours aussi folklorique : les convocations, à ce moment de l’année, arrivent toujours aussi tardivement, les annulations continuent sans parler de la multiplication des animations de 1h30 (doublement des séances) parfois sur le temps de midi. Il nous était dit, il n’y a pas si longtemps qu’on ne pouvait tenir de conseils des maîtres pendant la pause méridienne.

Cela procure la désagréable sensation d’être à la fois corvéables à merci et considérés comme des subordonnés à qui on peut tenir tous les discours, mêmes contradictoires.

En tant que salariés, nous avons des droits mais ils nous sont chichement comptés ou accordés.

La circulaire Temps partiels et les conditions d’attribution du 80 % en sont la meilleure preuve. Il est inconcevable d’annualiser le service des enseignant(e)s qui solliciteraient une telle quotité alors que le recours au temps partiel a généralement pour objectif de mieux pouvoir organiser les différents temps de vie sur la semaine.

Nous nous opposons à toute tentative supplémentaire d’annualisation de nos obligations de service.

Dans les règles du mouvement départemental, on continue d’augmenter le nombre de postes à profil avec, cette fois-ci, les directions totalement déchargées en Éducation prioritaire. Ce la constitue un énième déni des compétences pourtant reconnues par inscription à la liste d’aptitude.

Si des spécificités existent pour ce type de postes, c’est par la formation initiale et continue qu’on pourra y répondre au mieux.

Enfin, concernant les formations CAPA-SH, nous voulons vous faire part de nos inquiétudes. Certes, après des années de discours négatif, voire dégradant, pour les personnels, un peu de confiance semble revenir au vu des candidatures déposées. Pourtant, les IEN spécialisés ont encore fortement découragé les candidatures en E et G lors de la réunion d’information.

Nous sommes alors en droit de poser la question de la cohérence avec les négociations menées au Ministère avec les organisations professionnelles et syndicales qui débouchent sur les treize propositions de relance et de consolidation des RASED, notamment la quatrième qui prévoit une relance de la formation, mais aussi les créations de postes correspondant aux nouvelles missions affichées telles que le « pôle ressource de circonscription » ou l’amélioration de la liaison CM2- 6ème.

Nous ne pouvons imaginer qu’il y ait deux politiques, une nationale et une départementale.

Nous espérons donc que les décisions que vous prendrez à l’issue de cette CAPD conforteront les propositions ministérielles car, en Essonne, le mouvement 2013 a laissé 57 postes vacants (6A, 3C, 14D, 17E, 9F, 8G) après la saignée du quinquennat précédent.

Par ailleurs, 53 collègues sont susceptibles de partir en retraite dès l’année prochaine dont 10 ont plus de 60 ans.

L’enseignement spécialisé, si important pour les politiques d’inclusion et de réussite scolaire, doit donc faire l’objet d’un effort particulier pour combler ses manques et renouveler ses personnels.

Dans ce contexte, nous estimons que, sauf situation particulière, l’ensemble des candidats devrait obtenir la formation spécialisée. Ce serait le signe d’une véritable volonté de casser une routine, un fonctionnement et une orientation générale définis par des ministres qui n’étaient pas favorables au Service Public d’Éducation Nationale.

Et si on changeait pour du mieux ?

article sur la CAPD ICI

 

6 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 91

Maison des Syndicats

12 Place des terrasses

91034 Evry,

Tel : 01 60 77 97 70

Email : snu91@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 91, tous droits réservés.