www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 91

Vous êtes actuellement : Dossiers  / Direction 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression s'abonner  à la rubrique {}
20 février 2019

Direction et fonctionnement d’école : Un grand bouleversement ? Une mise au pas ?

Le constat est ancien : l’exercice de la fonction de direction dans les écoles de premier degré se complexifie et les collègues vivent les demandes et les pressions multiformes qui les assaillent avec une colère grandissante et un raz le bol manifeste.

Que nous manque-t-il aujourd’hui pour remplir nos missions ? Un statut, un grade distinct de celui du reste de l’équipe de l’école ? Ou alors, du temps, des personnels, des financements et un peu plus de considération de la part de nos partenaires et de notre ministre ?

C’est évident, par notre fonction, les partenaires, les parents, voire les collègues nous distinguent du reste de l’équipe, sans parler de nos élèves qui nous accordent eux aussi un "statut supérieur" au commun des enseignants... Toutefois, ce constat justifie-t-il une révolution dans le fonctionnement des écoles ?

Le SNUipp FSU défend le fonctionnement en équipe, la réflexion collégiale qui président à notre organisation actuelle :le rôle du Conseil des maîtres ne doit pas être remis en question.

Pour autant, il ne s’agit pas d’un statu quo : nous exigeons du temps, donc une refonte réaliste des temps de décharge, nous exigeons des moyens, techniques en terme de dotation informatique et des dispositifs fonctionnels et fiables, en personnels, pour une aide administrative indispensable qui est déjà reconnue au second degré, nous exigeons aussi une reconnaissance salariale de nos responsabilités et de nos contraintes spécifiques.

Face à ces constats, quelles réponses de notre gouvernement ?

L’annonce d’un double dispositif, modifiant fondamentalement le fonctionnement des écoles, entend répondre aux préoccupations des équipes :

d’une part , une organisation d’écoles "des savoirs fondamentaux", organisation pyramidale dans laquelle les écoles d’un territoire, rural ou pas, seront organisées en réseau sous la responsabilité d’un principal de collège, assisté d’un directeur adjoint, attaché à l’établissement et coordonnant les antennes que sont devenues les écoles. Quid de directeurs d’écoles, devenus correspondants de site ? Quid des équipes et du rôle des Conseils des Maîtres ?

Quels progrès pour l’école, pour les élèves, pour les collègues directrices et directeurs qui attendaient certainement autre chose ?

On nous annonce une mutualisation des secrétariats et des moyens administratifs et de gestion...mais quelle proximité avec les partenaires, parents en tête ? Nous changerons de hiérarchie avec une secondarisation du cycle 3 sous la direction de Principaux pas nécessairement aux faits du fonctionnement des écoles du premier degré.

D’autre part , des écoles "à masse critique" supérieure à 10 classes qui bénéficieront d’une direction professionalisée de personnels déchargés complétement et recrutés par concours, concours ouverts à des candidats pas nécessairement enseignants si l’on en croit le rapport flash de l’Assemblée Nationale, publié fin juillet. Seraient encouragées les organisations interdegré, avec des fongibilités écoles /collèges au cycle 3, et donc des classes élémentaires au collège...

Dans le même temps seraient multipliées les fusions d’écoles(pour la fameuse masse critique de 10 classes) et la création d’écoles Primaires, que la scolarisation obligatoire de tous les 3 ans et l’intégration pyramidale faciliteraient.

Il y a là un vaste gisement de postes à récupérer, une réelle remise en cause de la spécificité de la Maternelle, un bouleversement profond du fonctionnement des équipes et des écoles, une tutélisation du Premier degré et un dénigrement de nos compétences professionnelles spécifiques.

Pour un ministre qui annoncait qu’il serait le premier à ne pas lancer sa réforme de l’école, M. Blanquer, appliquant à la lettre les conclusions du Comité Montaigne, sera-t-il le fossoyeur de l’école que nous défendons ?

On peut aujourd’hui hélas le craindre si une mobilisation de tous les collègues ne le fait pas revenir à un réel dialogue social avec la profession.

 

9 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 91

Maison des Syndicats

12 Place des terrasses

91034 Evry,

Tel : 01 60 77 97 70

Email : snu91@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 91, tous droits réservés.