www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 91

Vous êtes actuellement : Retraites 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression s'abonner  à la rubrique {}
27 novembre 2019

Retraites : Les enseignants principales victimes de la réforme ?

les enseignants, ceux-ci sont bien au premier rang des salariés qui ont à perdre avec la réforme. On peut même dire que les enseignantes en général et les professeurs des écoles seront plus affectés que les autres professeurs. Mais pire encore : on a du mal, en dehors du retrait de la réforme, à voir une solution pour eux...

"

Jean-Michel Blanquer profitera de la loi sur les retraites pour l’inscrire dans une démarche plus globale sur le métier enseignant". Recevant la presse lors de plusieurs briefings le 26 novembre, l’entourage de JM Blanquer n’a pas fait d’annonce. Après une lettre aux enseignants pour les inviter à ne pas manifester, il s’agit de porter auprès de la presse les promesses gouvernementales. Mais JM Blanquer lie toujours la revalorisation nécessaire des salaires à de nouvelles charges pesant sur les enseignants.

Comment et combien revaloriser ?

Rien de bien neuf lors du briefing organisé par l’entourage du ministre le 26 novembre, tout comme la lettre aux enseignants du 12 novembre, montre surtout les craintes du gouvernement à propos de la grève du 5 décembre.[/noir] Tout est bon pour encourager les médias à rassurer l’opinion.

L’entourage du ministre reconnait que "les professeurs seront les grands perdants de la réforme" et que la réforme doit s’accompagner d’une revalorisation. La question est évidemment le montant de cette revalorisation, sa forme et les conditions qui y sont liées.

Le 3 octobre, E Macron avait estimé que 10 milliards seraient nécessaires pour maintenir le niveau de retraite des enseignants, avant d’ajouter "Je ne vais pas revaloriser demain. C’est vos impôts !".

Pas d’engagement sur le maintien du niveau des retraites

Le 26 novembre il n’est plus question de 10 milliards. Aucun engagement n’est pris sur le montant de la revalorisation, ni d’ailleurs sur son calendrier.

Il n’est plus question d’ailleurs de s’engager sur le maintien du niveau de la retraite des enseignants. La promesse gouvernementale c’est de "maintenir le même niveau de pension que pour les corps équivalents de la fonction publique". Ce n’est pas rien vu le décalage que crée le nouveau mode de calcul de la retraite. Mais ce n’est pas la même chose.

La promesse "il n’y aura pas de perdants" semble bien aventurée.

Pourquoi les enseignants sont spécialement affectés ?

Dans la réforme, le montant des retraites varie selon les points acquis. Ceux-ci correspondent aux salaires perçus tout au long de la carrière, primes inclus. Or si les salaires enseignants arrivent à un taux assez proche de la moyenne OCDE, c’est seulement en toute fin de carrière. Calculer la retraite enseignante sur toute la carrière fait chuter énormément le montant de la retraite.

Rappelons que selon l’insee le salaire des enseignants est inférieur de 25% au salaire moyen des autres cadres A de la fonction publique. C’est dire qu’il est très inférieur à celui des cadres du privé.

Les enseignants touchent également moins de primes que les autres fonctionnaires. Hors enseignants, le taux de prime dans la fonction publique Etat atteint 30% du revenu. Mais chez les enseignants celui ci se situe à 12% du salaire en moyenne selon le Bilan social du ministère.

voir la suite sur cafe pedagogique et aussi

 

11 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 91

Maison des Syndicats

12 Place des terrasses

91034 Evry,

Tel : 01 60 77 97 70

Email : snu91@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 91, tous droits réservés.