www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 91

Vous êtes actuellement : SANTE et SECURITE   / COVID 19, Conditions sanitaires de réouverture des écoles et droits des collègues 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression s'abonner  à la rubrique {}
31 mars 2021

COMPTE-RENDU DU POINT INFORMATION COVID MARDI 30 MARS 2021

Ce mardi 30 mars, les élus de la SNUipp-FSU 91 ont assisté au CHSCT point information Covid, exceptionnellement avancé au mardi (il se tient habituellement les jeudis toutes les deux semaines, depuis le début de la crise sanitaire). Cela s’explique par la reprise avec la mise en œuvre de certaines mesures spécifiques aux 19 départements après les annonces faites la semaine passée par le gouvernement.

PNG - 154.7 ko

Le directeur académique, Mr Bourne Branchu, présente en premier lieu les éléments de cadrage et la situation sanitaire du département.

Taux d’incidence départementale hier : 580 (taux régional : 640)

Homogénéité des constats rapportés à la valeur moyenne départementale

Taux de positivité : 11%

Sur la période d’observation du réseau scolaire, du 17 au 24 mars 2021 :

47 classes fermées, +20 par rapport à la semaine précédente

660 cas d’élèves et adultes avérés, 270 la semaine dernière

2670 élèves et adultes cas contacts à risque, 1530 la semaine dernière

La FSU s’étonne de ces chiffres qui sont exactement les mêmes que ceux donnés lors du Point COVID du 18 mars !

Pour les tests : 2 ou 3 lycées et collèges testés par jour. Aujourd’hui, 6 écoles testées dans le 1er degré.

Concernant la mise en œuvre de la principale mesure résultant des annonces de vendredi dernier : Mise à jour de la FAQ le 27 mars. Elle s’applique par la mesure d’éviction de l’ensemble de la classe dès le premier cas d’élève positif. Elle se substitut à la règle des trois cas constatés dans une classe et s’applique dans les 19 départements concernés.

Cette mise en œuvre est bordée par deux éléments : en amont, la déclaration de la famille d’un enfant contaminé à l’établissement. lorsque l’institution est au courant, l’information est à réaliser à l’ensemble des parents de la classe concernée. S’en suit mise en œuvre immédiate des mesures d’éviction, pour 7 jours pleins. * Le retour en classe est conditionné pour les élèves de plus de 6 ans, à la réalisation d’un test et de son résultat négatif, attesté sur l’honneur par les responsables légaux.

* La décision de fermeture d’une classe n’est plus soumise à l’autorisation de l’IA en lien avec l’ARS, mais au directeur, après avoir référé à l’IEN.

La FSU demande si le décret pour les personnes vulnérables est prolongé au-delà du 31 mars ?

Le DASEN confirme qu’ « il n’y a pas de modification pour la situation des personnes vulnérables dans les 19 départements pour le moment ». 

Il en profite pour revenir sur l’accueil des enfants des personnels qui peuvent avoir une activité dans la gestion de crise. L’année dernière, un service minimum d’accueil a été mis en places pour ses parents d‘élèves. La situation n’est pas analogue. La difficulté de garde est corrélée au statut de cas contact à risque qu’acquiert l’enfant. On ne peut pas évincer un élève pour un motif médical et repenser pour lui un accueil dérogatoire. On ne peut donc pas réorganiser un accueil pour un élève évincé pour des raisons sanitaires.

La FSU signale que des IEN demandent aux enseignants de venir sur le lieu de travail pour venir assurer la continuité pédagogique lorsque leur classe est fermée. Alors même qu’il n’y a pas le matériel disponible dans les écoles.

Le DASEN répond que « c’est un point important que la continuité pédagogique soit faite. Il doit y avoir un travail d’anticipation (adresses mails, équipement des familles…). L’école a son organisation. Il peut y avoir un certain nombre d’aspect qui peut rendre opportune la présence dans les lieux. Mais il faut faire prévaloir le bon-sens. Si concrètement le professeur a plus de facilités à organiser cette mise en œuvre à son domicile, il faut l’autoriser, de manière concertée avec le directeur. Si le PE veut faire un cours à distance en visio, et qu’il n’y a pas de matériel à l’école ou que la connexion compliquée, la solution alternative de le faire à domicile peut être la bonne. »

La FSU dénonce le « flicage » fait par certains IEN, qui demandent aux enseignants de faire un retour sur tout ce qui est fait en cas de fermeture de classe. Ces derniers doivent envoyer leurs dates et horaires de classes virtuelles, leurs contenus et le bilan, le cahier journal et le programme des activités prévues, et les travaux et supports prévus, …

Le DASEN rappelle « l’importance de la continuité éducative ». Pour notre DASEN, il est « très agaçant d’avoir des témoignages de parents qui reprochent un manque de suivi et de continuité pédagogique des enseignants de leurs enfants. Même si cela n’est pas vrai, c’est agaçant de l’entendre. Donc pour le contrecarrer, la demande a été faite aux IEN, d’avoir ces justificatifs de la continuité pédagogique ».

La FSU lui rappelle que le télétravail se doit d’être cadré et ne l’est pas pour l’enseignement. L’employeur doit fournir le matériel et une connexion adaptée !

JPEG - 642.9 ko

La FSU rappelle au DASEN que les enseignants se sont adaptés du mieux possible pendant le premier confinement. Il est impensable de leur demander aujourd’hui de justifier de leur travail. Travail qui est déjà bien contraignant et dont les heures de préparations sont bien plus importantes que pour le travail sur le terrain. Il nous est impossible d’imaginer qu’on puisse demander aux enseignants une surcharge de travail avec des bilans et des comptes faits aux IEN. Alors que l’administration ne respecte pas ses obligations légales, il n’a pas évalué les risques professionnels et n’a pris aucune mesure de prévention alors que cette situation était totalement prévisible...

La FSU, souligne le cas des écoles maternelles où l’ensemble de l’équipe d’Atsem sont malades, et non remplacés. Comment cela se passe ?

Le DASEN explique « qu’il y a effectivement des difficultés de personnels. Pour rappel, le code de l’éducation instaure 1 atsem par école. Les situations sont gérées au cas par cas. Des écoles ont dû fermer temporairement, car en tension sur le personnel Atsem ou d’entretien. »

La FSU alerte sur le problème des AESH cas contact qui sont isolées et ne peuvent plus accompagner. Ces situations sont extrêmement difficiles pour les écoles, qui se retrouvent parfois sans aucune AESH sur l’école. Le DASEN prend note de la situation et elle va être observée de plus près.

Nos collègues élus de la CGT questionnent le DASEN sur la situation d’AESH ayant des élèves cas contact dans la classe où ils exercent et où donc la classe est fermée. Il est demandé à ces AESH d’aller dans une autre classe. Le DASEN répond que cela est possible et qu’elle peut donc être mise à contribution pour un autre accompagnement. » La FSU propose de vérifier si c’est en accord avec le contrat de travail.

Ils interrogent également sur la gestion des remplacements dans le 1er degré. La situation est tendue. La campagne de recrutement des contractuels se poursuit pour renforcer la brigade. Mais la dotation s’épuise. Une demande de rallonge de dotation d’embauche a été faite. Le DASEN déclare qu’il fait ce qu’il peut avec les moyens dont il dispose.

La FSU répond qu’effectivement, "sur le terrain", "en première ligne", les collègues font tout ce qu’ils peuvent ! * * *

Suite à ce Point d’information, nous avons été alertés par des collègues, de procédures honteuses, en lien avec la politique de notre DASEN (miroir parfait de celle de notre ministre !). Suite à l’envoi des dates et horaires et contenus de la continuité pédagogique à la demande de leur IEN, il leur a été demandé un retour des parents sur cette continuité pédagogique. Allons-nous nous faire évaluer par la satisfaction des parents de nos élèves ?!

Le SNUipp-FSU 91 vous invite tout d’abord à ne pas répondre aux injonctions d’envoyer vos préparations, dates et horaires de classes virtuelles ou autres. Nous vous rappelons que ces dernières n’ont rien d’obligatoires. Vous êtes – encore – libre de choisir votre pédagogie, et donc la forme qu’elle prend, même « en distanciel ».

Vous pouvez ne pas répondre aux mails, répondre que vous souhaitez avoir les textes officiels vous obligeant à le faire, ou tout simplement répondre que sans ordinateur et connexion fournie par votre employeur, il vous est impossible de répondre à ces injonctions…

En toute circonstance, n’hésitez pas à faire appel à vos élus du personnel du SNUipp-FSU 91, qui combattent sans cesse ces dérives de notre administration.

 

27 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 91

Maison des Syndicats

12 Place des terrasses

91034 Evry,

Tel : 01 60 77 97 70

Email : snu91@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 91, tous droits réservés.